Jonas Jonasson : de succès littéraire en succès cinématographique

ibQui n’a pas entendu parler de Jonas Jonasson et de ses romans farfelus ? Ceux à qui le nom ne dit rien ne doivent plus être très nombreux. Hundraåringen som klev ut genom fönstret och försvann le premier best-seller de l’auteur suédois publié en 2009 et traduit en français par Caroline Berg en 2011 (Le vieil homme qui ne voulait pas fêter son anniversaire – paru aux éditions Presses de la Cité) a été vendu à plus d’un million trois cent mille exemplaires en Suède et plus d’un million en France. C’est un succès mondial avec huit millions de livres vendus à travers le monde.

 

jonas_jonasson_koeln_mrz12

Mais en dehors de son titre, qu’a ce roman de si particulier ? C’est l’histoire d’Allan, un vieil homme encore loin d’être sénile qui décide, alors qu’il est sur le point de souffler ses 100 bougies, que trop c’est trop. Le vieil homme disparaît par la fenêtre de sa chambre, et c’est part là que l’histoire commence. En effet le lecteur découvre petit à petit qu’Allan n’est pas n’importe qui et que son évasion n’est en réalité qu’une aventure de plus pour lui. Allan s’en sort à tous les coups, pour lui il n’y a ni bonnes ni mauvaises situations mais toujours et surtout des rencontres qui lui permettent de continuer son aventure.

Les exploits de notre héros ont été adaptés en film – sorti en 2014 – par Felix Herngren. Les critiques donnent un avis global plutôt satisfaisant même si les défauts pointés du doigt sont souvent les mêmes. Pour beaucoup le film respecte les grandes lignes du roman et les critiques se portent d’avantage sur une esthétique en décalage avec l’univers de l’auteur. La dimension humoristique du film a enchanté le public.

Le vieil homme qui ne voulait pas fêter son anniversaire – Bande annonce VOSTFR

On retrouve dans le roman deux grands thèmes qui sont histoire et humour, que l’auteur associe à la perfection. Cet univers cocasse est la marque de fabrique de l’auteur. Des personnages singuliers aux destins tout aussi originaux, mêlés à de grands événements historiques. Ce même schéma peut être observé dans les deux derniers romans de Jonas Jonasson, Analfabeten som kunde räkna (2013) ou L’analphabète qui savait compter traduit par Carine Bruy (paru aux éditions Presses de la Cité en 2014), ainsi que Mördar-Anders och hans vänner (2015) ou L’assassin qui rêvait d’une place au paradis traduit par Laurence Mennerich (paru aux éditions Presses de la Cité en 2016). Ce sont en tout trois romans étonnants avec lesquels Jonas Jonasson a su fidéliser son lectorat, et dont la lecture est vivement recommandée !

 

Sources:

Images:

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s