Résumé de la conférence Nørban à la Maison du Danemark

Logo Automne Nordique

Nordic stories on urban sustainability

Le 8 Novembre, dans le cadre de la saison culturelle « Automne Nordique », la Maison du Danemark a organisé une conférence sur le développement durable intégré dans le paysage urbain. Le thème du « vivre ensemble » ayant eu d’excellents retours dans le cadre des activités culturelles proposées à l’hiver 2015, c’est donc pour la deuxième fois que des personnalités de l’urbanisme nordique et français interviennent dans une soirée « Nørban ». Cette fois-ci, des professionnels du monde de l’architecture, mais aussi des artistes et paysagistes ont présenté des initiatives mises en place dans leurs pays respectifs afin de maîtriser l’espace urbain et ses thématiques transversales (environnement, conflits inter-générationnels, sécurité, économie, etc). Environ 80 personnes ont assisté à la conférence suivie d’une discussion avec les intervenants.

Résumé des Interventions

La première conférence était celle du paysagiste Anders Dahlbäck qui nous a présenté la transformation d’un ancien parking en parc municipal dans le quartier de Rosengård à Malmö. Après avoir sondé les besoins de la population locale, le cabinet d’initiatives de la ville a demandé à des jeunes filles d’organiser elles-mêmes l’espace public pour en faire un lieu central du quartier, où se concentrent des événements réguliers. A partir de cette initiative locale, on a donc pu apercevoir le cheminement des citoyens du quartier depuis la création d’un nouveau paysage jusqu’à la prise de décisions conformément à l’organisation d’événements culturels. L’aménagement du paysage devient prétexte à la coopération ville-habitants, mais provoque aussi un engagement durable de la part des habitants du quartier.

Le Folketspark à Copenhague Photo par Richard G. (CC BY-SA 2.0)

Le Folketspark à Copenhague
Photo par Richard G.
(CC BY-SA 2.0)

La seconde présentation était celle de l’artiste Kenneth Balfelt sur la modernisation du parc The People’s Parc situé près de la Folkehuset à Norrebro, à la fois lieu de rencontre autour des modes de vie durables et alternatifs et lieu de tension pour le quartier. Après l’agression de jeunes près du parc, la ville a décidé de rendre ce lieu plus accueillant. Durant différents conseils organisés tout au long du projet, la ville a échangé avec les habitants du quartier sur leurs besoins (lieu de rencontre pour les familles, éclairage des chemins pour des questions de sécurité mais zones d’ombres préservées sur le parc pour les sans-abris qui y vivent, mobilier urbain propice au repos mais aussi au jeu pour les enfants, préservation du style alternatif de la Folkehuset etc). A travers l’initiative de la ville de Copenhague, des paysagistes, ethnographes, artistes et citoyens, on a un exemple de ré-aménagement d’un espace compliqué dans la tradition du consensus nordique : on demande aux citoyens leurs besoins que l’on tente de combiner dans l’image même du parc.

Ensuite, Johanna Kerovuori présente l’initiative des Mummokommuuni en Finlande. Des investisseurs rénovent des logements afin d’organiser une communauté locative de personnes isolées. Le projet permet ainsi de loger à moindre prix ces personnes seules, afin de lutter contre les inégalités sociales qui touchent d’autant plus les personnes âgées en Finlande et de garder une certaine forme d’autonomie.

En Norvège, l’architecte Henning Kaland nous as présenté quelques projets d’espaces communs visant à promouvoir une architecture adaptée au paysage (montagnes, parcs, centre commercial, musée) tout en gardant l’idée d’espaces d’interaction sociale. Les projets de développement urbain du bureau d’architecture Code ont ainsi été primés de nombreuses fois et montrent une certaine vision de l’urbanisme à la nordique : une pratique de l’aménagement transversal, qui lie les problématiques de la mixité sociale, de l’écologie, de l’économie entre autres. Les projets donnés par Henning Kaland montrent ainsi une approche particulièrement complète des projets d’architecture future, dans l’esthétique minimaliste qui a fait la renommée de l’architecture et du design nordique.

La plateforme Rurban à Colombes (photo par xkidx) (CC BY-SA 2.0)

La plateforme Rurban à Colombes (photo par xkidx) (CC BY-SA 2.0)

Enfin, Constantin Petcou, architecte de l’atelier d’architecture autogérée (AAA), nous a présenté l’initiative R-urban pour proposer un réseau durable de fermes d’agriculture urbaine dans la ville de Colombes (92), où les habitants ont pu mettre en place des pratiques écologiques et de développer des habitudes ciblées sur la durabilité et la consommation locale. De nombreuses initiatives ont ainsi été créées dans ce système complexe d’entraide : nouveaux emplois « verts », gouvernance collective, cours administrés par les habitués, atelier de réparation, élevage d’animaux divers (apiculture, notamment)… L’Agrocité fait ainsi partie d’un réseau mis en place pour promouvoir l’entraide et faire naître des questions sur le mode de vie actuel, afin d’obtenir par la coopération et le partage de savoir un modèle économique plus viable pour la planète.

Pour conclure…

Il est intéressant de voir que ces conférences, bien que centrées sur le même thème, montraient des initiatives très différentes, dont le public varie depuis les populations urbaines des grandes métropoles nordiques et françaises en général jusqu’à cibler les personnes âgées isolées dans le cas des Mummokommuuni. Bien que particulièrement proches, les discussions issues des différentes approches de l’architecture ont ainsi été particulièrement complémentaires, en montrant une variété d’initiatives qui faisaient rentrer en jeu différents acteurs en partant des citoyens, des autorités locales, mais aussi des artistes locaux, des professionnels du paysage urbain tout comme des investisseurs, qu’ils soient publics ou privés. Cela a permis de mettre assez justement en lumière les différentes échelles d’action sur la thématique du développement durable, qui reste un problème complexe tant il touche de nombreux secteurs. Les intervenants ont ainsi pu assez largement définir des grandes lignes d’actions dans la mise en place de solutions pour apaiser un quartier, le rendre attractif, pour réduire les problématiques liées à la concentration massive de population dans les grands centre urbains.

Charlotte Piat

Site de l’Automne Nordique

Maison du Danemark (site web)

142, avenue des Champs Elysées

75008 Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s