Nouvelles masculinités : Get it, man!

L’Institut suédois a introduit l´automne dernier des événements culturels sur le sujet de la masculinité et de la paternité. Sous le concept #TousFeministes, les invités traitent les problèmes de l’homme d’aujourd’hui : quels sont les stéréotypes et les attributs traditionnels de la masculinité, comment cela affecte l´identité des garçons et jeunes hommes, comment la société pourrait s´améliorer si l´on changeait nos rapports aux genres, et la signification du père dans la société.

Avec plusieurs intervenants suédois et français, on pouvait découvrir des nouvelles propositions de « nouvelles masculinités », ainsi que des idées intéressantes, inspirées notamment de la Suède, pour des papas d’aujourd’hui.

Le 23 novembre 2016, le concept de nouvelles masculinités a été introduit par un « afterwork » avec Fatta Man! suivi par un concert du chanteur suédois Adam Tensta. Fatta Man (Get it, man! en anglais) est un mouvement féministe suédois qui essaye de changer les normes destructives de la masculinité qui sont associées aux hommes depuis leur enfance. L´homme fondateur de ce mouvement s´appelle Svante Tidholm, et pour présenter leur projet, il rappelle plusieurs informations : 97% des violences sont faites par les hommes sur les femmes, chaque année en Suède, 17 femmes sont tuées par l’homme avec lequel elles avaient une relation, 98% des violences sexuelles dans le monde sont commises par des hommes. Et pourtant, le viol, par exemple, ce n’est que la partie visible des vrais problèmes que les hommes gardent à l´intérieur, d´après Tidholm. « Men are bastards » conclut-il.

Ce n’est pas agréable d’entendre ceci étant un homme, comment les hommes peuvent-ils vivre avec cette étiquette de méchanceté envers tout, comment peut-on s’empêcher de croire que l’on n’a pas besoin de devenir méchant comme les autres, demande-t-il. Et c’est justement ce en quoi constitue son travail : il essaye de prévenir la société et éduquer les jeunes hommes pour empêcher au maximum la future violence sexuelle faite par les hommes. Les membres du groupe expliquent que les adjectifs « féminin » et « masculin » sont devenus nos ennemis. Derrière le concept « masculin » se cachent souvent les attributs comme indépendant, fort, solide, quelqu’un qui ne considère pas NON comme une réponse, et qui ne montre surtout pas ses émotions. Au contraire de tout ça – c´est le concept du « féminin » : cet adjectif désigne tout ce qui est faible, celui qui montre ses émotions, qui n´est pas solide ni résistant. C´est évident que cette classification produit des préjugés et inégalités entre ces deux genres, et mène à la dominance par la partie forte – masculine.

fatta-man-2

Comment expliquer aux jeunes hommes qu’ils ne devraient plus aspirer à devenir comme leurs idoles entourés par des belles femmes comme on les voit dans la télé ? La groupe a compris qu’il faut montrer que les jeunes hommes peuvent être cool et avoir du succès même en respectant les femmes et les prendre pour des personnes égales à eux. Des exemples parfaits se trouvent déjà dans cette groupe : Robert Petersén (instituteur), Adam Tensta, Erik Rapp et Zakke (artistes et musiciens), des jeunes hommes féministes très connus et respectés se déplacent en Suède dans des écoles primaires et collèges pour parler à d’autres jeunes hommes, leur demander de parler de leurs sentiments, leurs problèmes, de montrer ce qu’ils ont en eux, et de danser. Svante Tidholm explique, qu’en Suède, on dit que si quelqu’un danse devant vous, il va s´ouvrir à vous. Ce type de conférence, façon thérapie-de-groupe, a eu beaucoup de succès et fut à chaque fois introduite par la vidéo Fatta man, où on peut voir le déroulement de ces rencontres en réalité. Svante Tidholm souligne, que cette vidéo est aperçue comme très cool, et après son visionnement, les garçons ont d´habitude beaucoup plus de facilités à s´ouvrir et parler des sujets très émotionnels, lesquels ne sont plus considérés comme faibles ou féminins.

fatta-man

Après la rencontre, où les 3 invités ont présenté ce projet suédois Fatta Man avec de nombreuses idées très intéressantes pour le soutien du féminisme du point de vue d´hommes, la soirée continuait avec des questions du public et un débat. Parmi les questions posées, il y en eu une très pertinente, venant d´une des personnes responsables du mouvement féministe contre la violence en France. « Avez-vous un conseil pour engager les hommes dans un tel mouvement ? » Demande la dame en précisant, qu’il y a seulement 2 hommes-membres dans ce mouvement français. La réponse de Tidholm était directe : « Profitez bien de ces 2 hommes : faites en des exemples, et laissez les parler. » Il a donc conclut le débat complexe de la participation insuffisante des hommes dans les mouvements féministes, dont la seule solution est probablement, comme ils disent, de commencer avec soi-même : partager ses émotions, montrer le soutien du respect entre les sexes, et ensuite devenir un exemple pour les autres. Leur campagne réussie « Det börjar med mig »  (Ça commence avec moi) en est un bel exemple et une motivation pour les autres mouvements de ce genre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s