Il faut sauver la Librairie Allemande

     Ouverte en mai 2015 au 5 rue Frédéric Sauton, dans le 5e arrondissement, la Librairie Allemande – Deutsche Buchhandlung fait partie de ce réseau de plus en plus limité de librairies proposant des œuvres en langue allemande. Outre la qualité du conseil et la diversité des livres proposés, elle a l’avantage de ne vendre qu’aux prix indiqués et prescrits par les éditeurs allemands.

librairie_allemande

La Librairie Allemande – Deutsche Buchhanlung au 5 rue Frédéric Sauton, 75005, Paris (public domain)

Malgré une clientèle fidèle et une bonne situation géographique, elle pourrait pâtir de la concurrence des grands groupes et de ce manque de clientèle qui a déjà conduit d’autres librairies indépendantes à mettre la clé sous la porte. Le bouche à oreille est probablement l’un des meilleurs moyens de la soutenir, et mon entreprise commence avec ce blog.

Et bien sûr, parce que vous ne connaissez peut-être pas vous-même la Librairie Allemande-Deutsche Buchhandlung, laissez-moi  vous proposer ici une petite visite qui, je l’espère, vous donnera envie d’aller découvrir en personne cette institution de l’inter-culturalité.

Entre convivialité et intimité, un lieu fait pour tout le monde

     La Librairie Allemande – Deutsche Buchhandlung est au cœur de la vie culturelle parisienne. A deux pas du quai Montebello et de la Cathédrale Notre Dame, elle est autant la destination idéale pour une flânerie d’après-midi ensoleillé que pour une journée de grisaille.

La librairie a beau être de petite taille, elle n’en dispose pas moins d’un coin lecture où bouquiner en attendant que la pluie s’arrête. Plus encore, elle favorise la proximité entre les clients et les discussions entre inconnus. On ne tarde pas à reconnaitre les visages et les accents, le « bonjour » de telle personne que l’on a rencontrée la dernière fois.

index

A l’intérieur de la Librairie allemande- Deutsche Buchhandlung (public domain)

On profite en même temps de cette impression d’intimité que prodigue la tranquillité des lieux, à la fois si proches des quais parisiens, mais pourtant bien protégés dans cette petite rue du quartier latin.

En somme, la Librairie Allemande se prête à toutes les humeurs et tous les tempéraments.

Et c’est sans parler de l’accueil de la libraire. Toujours disponible, Madame Mönch-Hahn sait se mettre un retrait pour laisser au client la liberté de s’attarder entre les étagères. Et lorsqu’on se rend compte que, finalement, un conseil ne serait pas de trop, elle est bien sûr toute disposée à répondre aux questions sans se départir de son sourire.

Iris Mönch-Hahn, directrice de la Librairie Allemande-Deutsche Buchhandlung : professionnelle et bilingue

     Originaire de Bavière, Iris Mönch-Hahn arrive à Paris en 2005.

Pendant ses études en langues romanes et en gestion à l’université de Ratisbonne, elle forge ses premières expériences en travaillant pour la célèbre chaîne de librairies Bücher Prustet.

Gérante d’une grande librairie universitaire de Bamberg (Allemagne), elle a été membre du jury de l’école de commerce et d’industrie de Nuremberg. Elle s’est en outre impliquée dans le management-intérim, notamment comme directrice d’achat de la librairie de la Fondation Beyeler à Bâle (Suisse), afin de promouvoir des emplois permanents.

Attentive aux besoins du client et toujours de bon conseil, Iris Mönch-Hahn partage sa passion de la littérature auprès de tout le monde, que l’on parle allemand ou qu’on n’en comprenne pas un mot. Capable de parler d’une œuvre dans l’une ou l’autre langue, elle emploie son sens de l’écoute et son expérience à trouver le livre qui correspondra le mieux à chacun.

Une institution du dialogue entre les cultures

     A l’heure des nationalismes et de la xénophobie grandissants, la Librairie Allemande est un symbole de l’amitié Franco-allemande, et par là même, de l’échange entre les cultures du monde entier.

Sa situation est en effet bien comparable à celle des autres librairies de littérature étrangère ouvertes à Paris : la clientèle s’intéresse de moins en moins à la littérature allemande et des  librairies ferment chaque année (je prends à témoin un article de Courrier International qui dénonçait la fermeture de la librairie Marrissal en 2015). Si nous ne  souhaitons pas que la Librairie Allemande connaisse le même destin, nous préférons lancer l’alerte pour sensibiliser les passionnés.

La disparition progressive des librairies de langue étrangère est-elle symptomatique d’un mal-être social et politique de plus en plus évident ? On pourrait craindre que ce désintérêt manifeste en fait un problème bien plus grave encore, à savoir : un sentiment croissant d’indifférence, quand ce n’est pas de peur – puis de haine – , pour la culture de l’autre ; un refus de plus en plus évident d’altérité qui chaque jour menace.

Et pourtant, on peut encore espérer. Iris Mönch-Hahn m’a ainsi informée que sa clientèle était majoritairement française. Il y a donc bien des lecteurs intéressés par la culture de l’autre, qui acceptent de se frotter à quelque chose qu’ils ne comprendront pas toujours d’emblée.

« Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! Levons l’ancre !
Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !
Si le ciel et la mer sont noirs comme de l’encre,
Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons !

« Verse-nous ton poison pour qu’il nous réconforte !
Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?
Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau! »

(« Le Voyage », extrait, Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, 1861)

Engagez-vous : faites connaître la Librairie Allemande

L’amitié Franco-allemande ne date pas d’hier. Plus précisément, elle a été signée par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer le 22 janvier 1963, lors du Traité de l’Elysée (Elysée-Vertrag). De nombreuses associations et centres culturels tels qu’ OFAJ, l’Institut français et le Goethe-Institut travaillent tous les jours au dialogue entre les cultures, ne serait-ce qu’en sensibilisant la jeunesse et en favorisant les échanges linguistiques.

Si racisme et xénophobie font partie des traumatismes de notre génération, la culture et l’éducation seront aussi nos meilleures armes. Dans cette perspective, la Librairie Allemande – Deutsche Buchhandlung est l’un des derniers bastions du combat pour le respect et la compréhension de l’autre. Il est donc fondamental de la faire connaître au plus grand nombre. Avis aux curieux, la Librairie Allemande n’attend que vous.

Pour en savoir plus :

Le blog de la Librairie Allemande – Deutsche Buchhandlung, 5 Rue Frédéric Sauton, 75005 Paris

Laura DUTECH-PEREZ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s