hamlet est mort, gravité zéro, 10 ans déjà : Ewald Palmetshofer et le silence français.

Il y a 10 ans, l’autrichien Ewald Palmetshofer publiait hamlet ist tot. keine schwerkraft. Il avait déjà fallu attendre trois ans pour que la pièce soit traduite (Laurent Muhleisen, 2010), sans être pour autant publiée. En 2011, Nâzim Boudjenah en a dirigé une lecture à la Comédie Française. Mais depuis, seuls quelques metteurs en scène ont osé s’en emparé (Gaétan Paré en 2012), et puis plus rien. Cette ré-écriture du mythe shakespearien est pourtant au moins aussi puissante que celle, très connue, de Heiner Müller.

Lire l’Article →